Tout a commencé dans un ascenseur. C’était l’été 2003, dans l’ancien immeuble de l’ICP, une belle maison à l’angle des 94e rue et 5e avenue, sur le « Museum Mile » ; je venais juste de faire un cours sur le livre photo. C’est là que j’ai rencontré Richard Whelan, le biographe de Robert Capa. Nous nous étions souvent croisés, mais c’était notre première vraie conversation, entre le deuxième étage et le rez-de-chaussée. J’ai immédiatement aimé Richard, ses cheveux gris et ses lunettes, ses yeux clairs et perçants, sa vieille veste de tweed avec des pièces de cuir aux coudes et son...