En ressortant du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, Fabrice ne souriait pas. En y entrant non plus d’ailleurs ; ce qui n’était donc pas un indice d’une quelconque déception. Une heure plutôt, en déambulant dans les rues du Marais, nous avions fini, presque par hasard, par tomber sur cette exposition de Roman Vishniac que je voulais absolument voir, sur l’excellente recommandation d’un ami excellent photographe et dont les images ont toujours le ‘petit truc’ qui fait la différence. L’endroit lui-même est à voir. C’est plein de coins et de recoins, de sols et d’entre-sols de jeux d’ombres et...