[アサヒカメラ] Asahi Camera: The Japanese Journal of Photography. Dès sa première parution en avril 1926, tout était dans le titre. Il s’agit d’un mensuel édité à Tokyo et consacré à la photographie, arts et techniques. On y retrouve donc aussi bien des revues concernant matériels et techniques de prise de vue, que des portfolios.

Ce qui nous intéresse présentement est un numéro spécial paru en août 1981, entièrement consacré à Nobuyoshi Araki. En préambule à ce qui va suivre, je précise à l’attention de ceux qui ne me connaitraient pas, que j’aime énormément le travail d’Araki, tant Sentimental Journey que ses ciels au Polaroid, à travers lesquels il continue à photographier sa femme. Il n’est en aucun cas le pornographe que d’aucuns s’imaginent. C’est dit, n’y revenons plus.

AC_2

 

Rarement proposé à la vente sur le web, mais pas introuvable [autour de 3.000 yens chez les bouquinistes nippons, sensiblement plus ailleurs], je vous propose un aperçu en images de ce numéro spécial, comportant 270 pages dont quelques rares publicités plutôt exotiques, qui sous le coup du temps passé m’apparaissent bien sympathiques, laissant place à beaucoup, beaucoup d’images très différentes. Notamment des nus, qui législation japonaise oblige, voient les pubis trop généreusement offerts se faire masquer à la photogravure, sobrement, ou carrément avec grand panache : un pastillage inattendu et des plus réussi [qu’il est impossible de confondre avec quoi que ce soit]. Je trouve ça formidable. En plus, c’est ludique : vous pouvez crayonner les poils vous-même.

Mais ce n’est pas tout. On y trouvera des portraits d’une grande finesse, purs et magnifiques, que leurs sujets soient habillés, partiellement ou totalement dévêtus, des auto-portraits malicieux ou intimes, des diptyques dithyrambiques [j’ai toujours rêvé d’écrire ça un jour. Check.], d’étranges montages [sans jeu de mots], des scènes intimement familières nous faisant pénétrer dans son univers [toujours pas], de jeunes femmes attachantes, des images d’une grande force érotique dépourvue de la moindre vulgarité, même si certaines ne laissent que peu de place à la poésie. Pourtant elle pourra subitement surgir quelques pages plus loin avec grand naturel. Et à ce moment-là, on touche au sublime. Ce sont des mots d’amour ponctués d’érotisme brut.

À noter que la couverture présente un photo-montage réalisé par Tsunehisa Kimora, qui d’après ce que j’ai cru comprendre, a pris en charge l’intégralité de la conception graphique du numéro. Il s’agit d’un portrait d’Araki assis au bord d’un plan d’eau dont -comme un gag improbable- le reflet n’est pas identique. Le titre du magazine devenant quant à lui “Araki Camera”. Assurément trop narcissique pour l’être sérieusement.

 

 

Asahi Camera Special issue • August 1981 [n° 8]
Selected works of Nobuyoshi Araki
270 pages, couverture couleur.